Douze jours dans Paris en Fourgon U23 Robustacier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Douze jours dans Paris en Fourgon U23 Robustacier

Message  Docteur T23 le Mar 4 Jan - 10:11

Voici le petit reportage sur une aventure vécue en 2010 avec l'un de mes véhicules.

J'ai donc eu l'occasion de faire un travail assez particulier, que notre ami Martin connaît bien, dans le domaine cinéma, ici c'était plus pour de la publicité, en particulier pour des "blogers" qui font la promotion de produits sur internet.

Pendant douze jours, j'ai déambulé dans tous les arrondissements Paris, entre quarante points différents, pour le compte d'une importante société d'électroménager (je ne fais pas de pub, il y en a déjà...), et en collaboration avec l'équipe d'une société évènementiel qui m'a accompagné tout au long de l'opération promotionnelle.



Ici, pendant le trajet depuis Grenoble. Il est encore dans sa peinture vert de mer AC 506 et ivoire.



Voilà à travers cette caricature de Bosc, mes premières impressions, à bord de mon T23R HLZ de 1958, aux heures de pointes, le premier jour, dans Paris, en cette matinée de novembre 2010 après Jésus-Christ...



La phase préparatoire: le "covering". C'est la société qui réalise les décorations des véhicules de la caravane du Tour de France qui a réalisé cette partie.



L'adhésif est très particulier. Il se travaille à chaud; c'est comme une deuxième peau et il a surtout la particularité de pouvoir être facilement enlevé après utilisation (un peu de silence, s'il vous plaît What a Face , que les humoristes du forum ne cherchent pas d'allusions à cette phrase!...). Attention, il faut s'assurer de bien surveiller son camion à la pose, comme à la dépose, évidemment. J'ai du vérifier moi-même le bon fonctionnement des feux après dépose et je n'ai pas quitté des yeux le "gros bébé". Il fallait chauffer plus ou moins le film et le lisser lentement, toujours avec la même spatule en plastique ABS, et couper au cutter à 5 cm de la carrosserie mais sans jamais l'effleurer, chose qui semble avoir été assez réussie.

Le coût d'un covering sur un camion comme celui-là est très élevé, encore plus cher qu'une peinture (sans travaux de carrosserie notoire). Mais cela reste une solution performante, qui évite de faire... deux peintures et qui évite l'immobilisation doublée du véhicule. Ce procédé est maintenant très répandu, la plupart des véhicules de société y ont recours, les véhicules sont aussi plus facilement rendus anonymes à la revente, mais si l'adhésif reste de trop longues années, il peut avoir du mal à se décoller aussi.



Un présentoir est également construit pour pouvoir faire essayer, devant les clients, la nouvelle friteuse sans huile de la marque. Techniquement, c'est en gros le procédé de la chaleur tournante qui utilise l'huile présente dans les frites surgelées précuites, mais c'est assez convaincant (mais il est vrai que dans le froid, lorsque nous n'avions pas le temps de manger, le ventre creux, à quinze heure passées, lorsque nous croquions des cornets de frites chaudes, peut-être que nous les trouvions plus bonnes que bonnes...)



La conduite en plein Paris, aux heures de pointe, de jour comme de nuit, est infernale, pour un provincial... Mais au bout de deux jours, je m'habitue et grâce à un motard qui fait partie de l'équipe, je passe plus facilement les rond-points et carrefours dangereux où il faut vraiment "creuser sa place" pour passer...





"Hum, moi qui suis en manque de vert en ce moment, je me ferais bien une petite Datsun au dessert !..."







Une nuit, ce sera au parking de l'Europe que le camion sera stationné. C'est un ancien garage Citroën, situé juste au dessus de la Gare Saint-Lazare. Retour à une époque lointaine, mais nuit à température douce car ce garage était bien construit et bien isolé pour l'époque.



Un jour, que nous étions rue Georges V, non loin du Georges V, entre les Hummer et limousines de luxes qui passent, que vois-je au loin ?...



Vous l'avez reconnu ! Un provincial déjà quelque peu habitué à Paris !...



Même mes collègues motards vont me chambrer à cause de ce sacré broutard, en me disant que son camion roulait plus vite que le mien !...











Il y aura également une journée de près de 300 km, jusqu'à Soissons, dont je rentrerai de nuit avec la traversée complète de Paris, jusqu'à Versailles... au bout d'une interminable cote de 12km à fond, en troisième...



Le covering fut déposé trois semaines après, par miracle il faisait un temps de printemps, en ces Terres Froides de l'Isère.





Après patient un pelage de la peau à mains nus, il ne restera presque aucune trace, à part un endroit sur 2 cm, près de la serrure et à côté d'un feu arrière. En chauffant légèrement avec une soufflante, l'adhésif se détachait facilement, évidemment il ne sera pas réutilisable... La matière est très particulière, très différente des autocollants classiques et il existe en fait des dizaines de références d'adhésifs, plus ou moins collants, plus ou moins fins (donc plus ou moins transparents), là le matériau était adapté. Mais sur une peinture plus ancienne ou sur un véhicule qui n'aurait eu qu'un voile de peinture, je pense que l'opération aurait été plus risquée.

Voilà donc les détails de la fin de l'histoire... What a Face ... la friteuse, malheureusement, à la fin il n'en restait même plus une pour le chauffeur.
Pas grave, maintenant je vais essayer les frites sans pommes de terre...

Souvent, les parisiens étaient bluffés, c'est certain. En quelque part, cela m'a un peu aidé car le véhicule était tellement voyant qu'il ne passait donc jamais inaperçu - pléonasme - et même les "foreurs de trou" les plus téméraires de la circulation, finissaient toujours par s'arrêter, sans doute en voyant l'immense engin avec ses gros pare-chocs en ferraille s'approcher de leur ailes et pare-chocs en plastique...

Une anecdote, parmi d'autres, fut la rencontre d'un certain Monsieur Pelletier, ancien fleuriste retraité, qui, le jour de son anniversaire, est tombé nez-à-nez devant le museau du U23 Heuliez qu'il reconnut de suite. Il était fou de joie et je compris vite pourquoi. Il se mit à me raconter une foule d'histoire, avec les gestes et les bruitages, comme s'il y était... Toute sa vie, il avait utilisé des U23 dans son métier et en 1995, il était apparemment le dernier dans Paris, dans le quartier de Montmartre, à se servir de son U23 à cabine Levallois capot long bâché... et il n'en avait pas revu depuis (sans doute qu'il n'avait pas encore croisé broutard...).

Il est reparti avec un exemplaire de mon livre, en croquant un cornet de frites du XXIe siècles, et sans doute, encore avec un souvenir inoubliable ! lol!



Lancelot,
alias Docteur T23
avatar
Docteur T23
Admin

Messages : 1668
Date d'inscription : 20/01/2008
Localisation : Charente

http://www.u23passion.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Douze jours dans Paris en Fourgon U23 Robustacier

Message  Docteur T23 le Lun 24 Jan - 16:00

EPILOGUE



Un U23, c'est une chose qui n'a pas seulement une âme, mais c'est une âme qui a aussi... de l'humour ! Souvenez-vous, ce jour-là, place de la concorde, au milieu de mille yeux qui criblaient l'engin, des gourmands s'approchent pour arracher quelques cornets de frites gratuits, pour la promo de la friteuse sans huile... "Sans huile, dites vous ?"...



SANS HUILE !!! affraid La réalité, pour le preux chauffeur dévoué que j'étais, était bien plus sombre...

Dans la tourmente du "road movies", il fallut pourtant faire avec, en se contentant de compléter souvent et... de faire en sorte qu'il n'en reste pas beaucoup sur la chaussée, histoire de ne pas me faire fusiller par les jeunes militants écolos qui manifestaient précisément ce jour-là à cet endroit !!!

A l'heure des pauses repas, je dus acheter plusieurs bidons d'huile en lieu et place de mon sandwich (tant mieux pour la ligne, après tout...), sans me faire remarquer des collègues, dans des petits garages parisiens où l'on vous voit arriver en vous annonçant des prix atteignant parfois 20 euros le litre de 15w40 si vous ne négociez pas (!!!). Mais bientôt, la fuite devint terrible, il fallut installer, sous le carter, un petit bac en plastique ABS, tenu par des fils de fer, qui récupérait l'huile sans en laisser tomber par terre ! A l'aide d'une pompe à essence manuelle et de deux morceaux de durits, je récupérais l'huile qui était filtrée dans un gros entonnoir et qui revenait dans le moteur... Je dus rouler quelques temps ainsi, fort heureusement, pas trop, en rajoutant de l'huile, capot moteur ouvert, et surtout, en surveillant la pression d'huile, question de vie ou de mort du moteur !...

Heureusement, je finis par trouver bientôt la raison de cette étrange et rare anomalie. Et oui, il arrive parfois quelques surprises, même avec un moteur neuf, pourtant complètement refait, à peu près dans les règles de l'art.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, les deux vis du troisième palier de vilebrequin s'étaient tout simplement desserrées d'elle même au bout de 1500 km !!!... Pendant la pose de la nouvelle ligne d'arbre, j'avais pourtant bien vérifié trois fois les serrages au couple, mais... j'avais sans doute omis de nettoyer et de sécher parfaitement l'intérieur des filetages de vis de pallier, avant de serrer !

Après un simple démontage du carter moteur, je nettoyais les filetages des vis de palier, un par un et effectivement, un filetage était gras seulement sur le troisième palier. Je séchais donc toutes les vis avec grand soin et, à chaque palier, je les resserrais à 12 m.kg (au lieu de 10 préconisés). Puis je fus obligé de remplacer encore une fois les joints extérieurs de palier et de carter (à ce propos, seules les pièces d'origine Curty ou Excelsior vont bien !), et après remontage, le moteur redevint silencieux. Le soulagement se transforma en extase, comme si de la liqueur au chocolat vous coulait dans le gosier, et depuis, PLUS UNE GOUTTE D'HUILE NE SORT DU CARTER !!!

Depuis le second resserrage culasse et le dernier réglage des culbuteurs, cette fois, le camion est enfin au point et affiche un dynamisme inégalé, avec déjà 1923 km depuis sa restauration... Pourvu que ça dure!

Bref, cela fera tout de même quelques soucis en moins à l'avenir !

Docteur T23
avatar
Docteur T23
Admin

Messages : 1668
Date d'inscription : 20/01/2008
Localisation : Charente

http://www.u23passion.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Douze jours dans Paris en Fourgon U23 Robustacier

Message  Docteur T23 le Lun 5 Sep - 19:06

http://www.flickr.com/photos/jean-fabien/5184558949/in/pool-1399984@N24/

Des espions ont immortalisé cet instant... mais qui sont-ils ?...

_________________
Est fou celui qui se croit sage, est sage celui qui se sait fou.
avatar
Docteur T23
Admin

Messages : 1668
Date d'inscription : 20/01/2008
Localisation : Charente

http://www.u23passion.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Douze jours dans Paris en Fourgon U23 Robustacier

Message  schum22 le Lun 5 Sep - 21:12

Un radar automatique?...
avatar
schum22
membre confirmé

Messages : 381
Date d'inscription : 22/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Douze jours dans Paris en Fourgon U23 Robustacier

Message  Adrien le Mer 7 Sep - 9:39


Bonjour,

Apparemment la photo a été prise par un amateur de vehicules Heuliez, super Doc ton engin déguisé en Cassegrain, je ne l'avais pas encore vu celui-ci.

A quand un covering "Géant vert" ? AHo Ho Hoo..... alien

Adrien
avatar
Adrien
modérateur

Messages : 1040
Date d'inscription : 21/01/2011
Localisation : VOSGES

Revenir en haut Aller en bas

Re: Douze jours dans Paris en Fourgon U23 Robustacier

Message  Docteur T23 le Mer 21 Mar - 22:23



Hé oui, Monsieur le Chat, une souris avait bel et bien suivi ce camion aux milles visages, capable de changer de peau aussi vite qu'un caméleon, avec la promotion d'un lapin à lunette dont la peluche voyagea tout le parcours durant sur le siège passager... de l'arche de la défense, jusqu'à la place Bellecour, à Lyon... alien

_________________
Est fou celui qui se croit sage, est sage celui qui se sait fou.
avatar
Docteur T23
Admin

Messages : 1668
Date d'inscription : 20/01/2008
Localisation : Charente

http://www.u23passion.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Douze jours dans Paris en Fourgon U23 Robustacier

Message  tonio.u23 le Jeu 5 Avr - 15:50

Docteur T23 a écrit:un lapin à lunette dont la peluche voyagea tout le parcours durant sur le siège passager... de l'arche de la défense, jusqu'à la place Bellecour, à Lyon... alien

Je n'ai pu m’empêcher de rire en lisant cela, en repensant à l'anecdote que tu nous avais raconté sur cette peluche lol!
avatar
tonio.u23
membre confirmé

Messages : 261
Date d'inscription : 21/01/2011
Localisation : Côtes du Nord

http://www.calandretorpedo.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Douze jours dans Paris en Fourgon U23 Robustacier

Message  schum22 le Mar 22 Jan - 19:15

On aperçoit ton fourgon dans son ancienne configuration sur le site du boncoin pour présenter le boutique d'Hydrosphère.

http://www.leboncoin.fr/boutique/5353/hydrosphere.htm
avatar
schum22
membre confirmé

Messages : 381
Date d'inscription : 22/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Douze jours dans Paris en Fourgon U23 Robustacier

Message  Docteur T23 le Mar 22 Jan - 20:43

Bon, ce n'est pas moi qui l'aurait dit... Je n'en avais pas parlé dans mes récits mais le lien est évident.

Cette photo doit dater de plus de 10 ans, car ce "garage", dont j'ignore ce qu'il fait en dehors de remplacer des sphères et de la chlorophylle pour les plantes Citroën, n'a pas possédé l'U23 pendant très longtemps. La carte grise était encore au nom du marchand de matériel de photo Fuji, lorsque je l'ai acquis (quel projet, quand j'y repense...).

Le camion, malgré son état mécanique au bout du rouleau à l'époque de cette même photo, a tout de même eu le temps de "jouer" dans une publicité, autour de 2003, mais je ne sais plus pour quel produit ni pour quel pays (je crois que ce n'était pas pour une diffusion en France).

Et maintenant que je replonge dans mes archives, je me souviens que ces garagistes n'avaient même pas acheté l'U23 mais échangé l'U23 contre un Type H à ce même marchand de matériel photo. Il est plus que vraisemblable que cette scène ait été immortalisée le jour de l'échange, avec le Type H qui est précisément posté sur la DS Tissier.

Au début des années 2000, c'était encore la préhistoire dans la collection des U23 !
Mais cela dit, Sébastien, ne te gêne pas pour les appeler pour vérifier, à propos de la photo, dans l'élan de ta curiosité, et raconte ce que tes oreilles entendrons si tu le veux. Mais ne me demande pas de les appeler... lol!

_________________
Est fou celui qui se croit sage, est sage celui qui se sait fou.
avatar
Docteur T23
Admin

Messages : 1668
Date d'inscription : 20/01/2008
Localisation : Charente

http://www.u23passion.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Douze jours dans Paris en Fourgon U23 Robustacier

Message  schum22 le Mar 22 Jan - 20:59

Je suis juste tombé dessus par hasard et je pensais que tu ne connaissais pas cette partie de l'histoire de ton camion.
avatar
schum22
membre confirmé

Messages : 381
Date d'inscription : 22/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Douze jours dans Paris en Fourgon U23 Robustacier

Message  Docteur T23 le Mer 23 Jan - 11:56

Il n'y a pas de mal, Sébastien, je sais bien que ta trouvaille était fort aimable de ta part.
Cela montre bien aussi que beaucoup de photos qui circulent sur le bon coin comme ailleurs, peuvent dater de plus de dix ans, sans que cela ne soit évident au premier coup d’œil.

_________________
Est fou celui qui se croit sage, est sage celui qui se sait fou.
avatar
Docteur T23
Admin

Messages : 1668
Date d'inscription : 20/01/2008
Localisation : Charente

http://www.u23passion.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Douze jours dans Paris en Fourgon U23 Robustacier

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum